La biodiversité de Bel air

La zone de Bel air : un réservoir de biodiversité menacé

La zone de Bel air est située au nord-ouest de la métropole de Montpellier, elle couvre une surface de plusieurs centaines d’hectares et s’étend sur 4 communes différentes dont trois appartiennent à la métropole de Montpellier.

Cet espace est habité par de nombreuses espèces menacées d’amphibiens (Grenouille rieuse, Crapaud commun), d’oiseaux (Fauvette orphée, Pipit rousseline, Pie grièche méridionale, Busard cendré, Alouette lulu, Pie grièche à tête rousse…), d’insectes (Marbré de vert, Piéride du chou, …) et de plantes (Anémone du Caen, Glaieul douteux, Luzernes à fleurs unilatérales, …). Trois de ces espèces sont protégées par des Plans Nationaux d’Actions (l’Odonate, la Pie grièche méridionale et la Pie grièche tête rousse) déployés sur le périmètre de Bel air. C’est donc un réservoir de biodiversité aussi rare que précieux au niveau régional mais également national et européen. Cet espace est très menacé par la construction du 3ème tronçon du L.I.E.N. (+/- 15 ha), la relance de l’activité de l’éco-parc de Bel air et l’extension de la zone d’activité du Mijoulan (30 ha).

 

Des études récentes de 2016 sur la biodiversité ont montré que cet espace est le plus riche en termes de biodiversité de l’ensemble du territoire de la métropole. La métropole a tout fait pour ne pas que ces documents soient diffusés et a décidé de ne pas protéger son patrimoine naturel : en effet le SCoT validé en 2019 autorise l’extension de 30 hectares de zone d’activités sur la zone de Bel air - Naussargues et suggère une extension encore plus grande) [1].

 

109 espèces protégées sont impactées d’après la dérogation relative aux espèces protégées.

Rupture d’une trame verte : voir carte de la zone

Plans nationaux pour les pie-grièches sur la zone de Bel Air : voir carte biodiversité de la

Métropole

Au printemps 2020, des recherches sur place par des membres du collectif SOS Oulala ont

identifié 5 espèces non prises en compte et de nouvelles stations :

- Cordulie à corps fin

- Engoulevent d’europe

- Bruant zizi

- Rossignol

- Rouge-gorge

- 5 Nouvelles stations de glaïeul douteux

Un recours gracieux auprès  du préfet de l'Hérault a été déposé le 20 septembre 2020. L'avocate du collectif demande l’arrêt des travaux du LIEN (sans réponse pour le moment)

Combien d’espèces détruirons-nous encore chaque jour en France pour des projets inutiles ?

 

[1]Voir carte Piémonts et garrigues : https://www.montpellier3m.fr/sites/default/files/t3_plan_doo_piemonts_garrigues.pdf