Incendies et inondations

LIEN = Incendies 

En 2017, là où passerait le L.I.E.N. sur la commune de Grabels, 80 hectares de garrigues ont brûlé et plus de 40 habitations ont été évacuées. Les travaux entraineront une augmentation du risque d’incendies déjà trop élevé dans cette zone. Ils participent au réchauffement climatique. Est-ce dans l’intérêt public d’augmenter ce risque ?

 

 LIEN = Saccage du paysage, pollution de l'air et destruction des terres agricoles 

Il ne s’agit pas d’une « petite route » mais d’un aménagement monstrueux : deux collines scindées en 2, une deux-voies large de près de 100 m, un pont de 8 m de haut, etc. Avec cette route, on pourra dire adieu aux terres agricoles et aux beaux paysages de campagne du nord de Montpellier. C’est aussi la première pierre du plan de la Métropole et de la communauté des communes du Grand Pic Saint Loup pour bétonner le nord (ZAC à Bel Air, Décathlon, carrière, etc.) comme elle l’a fait au sud (gare Sud, doublement autoroutier, zones commerciales sur les terres agricoles etc.).

 

LIEN = Inondations

L’artificialisation des sols et la modification du relief aggraveront les risques d’inondations. Des épisodes cévenols plus fréquents sont annoncés pour les années à venir. Déjà, les communes de l’Hérault sont régulièrement sinistrées par des inondations (ex : mai 2019, octobre 2014). On connait tous la tristement célèbre commune de Grabels pour les photos d’hélitroyage, d’amoncellement de voitures et de personnes circulant en kayac dans le vieux village après les pluies de 2014.

 

LIEN = Artificialisation des sols, destruction de la biodiversité

Quid de l'arrêt de l'artificialisation des sols. Que font nos élus ?

L’Hérault est un département très touché par l’urbanisation, qui empiète chaque année sur plus de terres agricoles et naturelles. Nous ne voulons pas que le nord de Montpellier, encore relativement préservé, ressemble au sud de Montpellier et à sa bétonisation galopante. 

Consultez :​