top of page
Rechercher
  • sosoulala

L'APRES-ROUTES, événement national du 17 au 23 juin, s'invite à Montpellier le 23 juin.



RDV le 23 juin à 11h au Peyrou à Montpellier pour une vélorution festive et déterminée. Cet appel à mobilisation  à Montpellier le 23 juin s’inscrit dans l’événement national de l’Après-Routes de la Déroute des routes pour imaginer et expérimenter ensemble un monde libéré du bitume.   



Contre le projet de périphérique de Montpellier, reprenons exigeons un moratoire sur tous les projets routiers ! Ceci n’est pas une utopie : les Pays de Galle, la Hollande l’ont fait et les choix sont politiques.

Avec le COM à l’ouest, avec le LIEN au Nord, avec la DEM à l’est, Mickaël Delafosse, président de la Métropole, et Kléber Mesquida, président du conseil départemental de l’Hérault, entendent ceinturer la métropole de Montpellier d’un nouveau périphérique. IIs ambitionnent de relier l’A9 à l’A75 et contribuent à l’intensification du trafic et la destruction du vivant. Leurs grands projets sentent forts le 20e siècle, le goudron et les gaz d’échappement : à rebours de la crise climatique. Leur vision de l’avenir : intensifier le trafic de poids lourds et créer de nouveaux couloirs à camions, dévorer toujours plus de terres agricoles et naturelles pour nourrir en plateformes logistiques et en périurbanisation une métropole transformée en ogre avide de béton. Leurs alliés : Vinci, NGE, Lafarge. Les routes participent de la spéculation foncière, immobilière et de la course à la croissance des marchés. Elles ne réduisent jamais les embouteillages et sont le cheval de Troie de l’urbanisation massive et de l’extension de la métropole. Les routes ne sont jamais des infrastructures neutres, elles conditionnent nos modes de vie, centrés autour de la voiture, de la fragmentation de nos lieux de travail et de nos lieux de vie.


A la place des champs, des forêts, des rivières, des montagnes, la route s'impose comme une évidence alors même qu'elle n'est que le résultat de choix politiques dépassés. Et si on réclamait les rues, l'espace ? Et si on imaginait l'après routes ?  

Le tout routier déforme nos paysages, sectorise nos vies, dans un pays au réseau routier parmi les plus denses d'Europe. Leurs routes nous imposent un modèle, celui du monde géré comme un entrepôt logistique. Leurs routes sont le cheval de Troie de l'urbanisation massive de nos territoires. Sans route, pas de ZAC, pas d'entrepôt, pas de zone industrielle, pas de nouvelle centrale de production électrique. Elles sont les canaux toujours plus larges déversant leur flot de camions au service d'une économie du flux qui détruit la planète et nos autonomies locales.

Chaque année, ce sont plus de 15 MILLIARDS qui sont investis pour l'entretien des routes. De l'argent qui va directement dans les poches des géants du BTP, robinet toujours ouvert pour enrichir les mêmes entreprises qui bétonnent toujours plus de terres pour construire de nouvelles routes.  

Fini de dilapider sans compter l'argent public pour en faire du bitume ! Nous réclamons l'adoption d'un moratoire pour geler les plus de 70 projets routiers en cours et une réflexion sur le démantèlement des infrastructures.

Et si on refusait le récit de la route qui libère, pour habiter nos lieux de vie plutôt que de les traverser ?   


Du 17 au 23 juin, mettons les routes en déroute !

A Montpellier, les collectifs en lutte contre le périphérique de Montpellier s’unissent et vous invitent à venir le 23 juin à 11 heures au Peyrou.   Notez le et venez !

Signez la pétition contre le périphérique de Montpellier, LIEN et COM

 

Partagez :


  N'hésitez pas à le partager, relayer, diffuser partout, et à prendre part aux mobilisations nationales si vous êtes ailleurs. Voici les informations de l'évènement

Publication instagram  de la Déroute des Routes

Fil Twitter de la Déroute des Routes




A BIENTOT ! 

 


 

49 vues0 commentaire

Yorumlar


bottom of page