Rechercher
  • sosoulala

Plus loin, plus vite, à quel prix? (8 Août 2022)

En plein arrêté sécheresse le chantier du LIEN, pensé dans les années 1980 et lancé en octobre 2021, avance en pleine canicule, quoiqu'il en coûte. Le Département qui en est le maître d'ouvrage est fier d'avoir obtenu en juin 2022 le dernier engagement écrit - l'arrêté de régularisation du LIEN- l'autorisant à construire la route de l'ancien temps. Des camions citernes arrosent le tracé conformément aux prescriptions du chantier. L'exception à la règle vaut semble-t-il pour l'arrêté sécheresse. Alors que tout un chacun subit la canicule et se soumet aux restrictions d'eau, le Département dépense sans compter : l'utilité publique du LIEN serait supérieure à la préservation des biens communs.



Les déséquilibres sont palpables, visibles. L'usage abusif de l'eau alourdit la liste des dégradations constatées. En avril dernier, une plainte a été déposée car les engins de chantiers frôlaient un forage d'eau potable laissé à ciel ouvert et situé juste au-dessus d'une nappe phréatique alimentant plus de cinq mille habitants. Auparavant, en février 2022, des infractions aux espèces protégées ont été signalées : les stations de glaïeuls douteux ont été écrasées par des engins de chantier qui ont roulé exactement là où les bulbes devaient germer. Nos constats réalisés fin mai 2022 montrent que dans les stations N°2 et n°3 les pieds sont détruits par les pneus des engins. Notre recours sur la dérogation aux espèces protégées reste à ce jour sans réponse.

D'autres déséquilibres sont annoncés. Une étude réalisée par l'association les Shifters montre que durant les travaux, l'artificialisation du tracé du LIEN (sans compter les centaines d'hectares détruits par l'urbanisation à venir) compte pour plus de la moitié des émissions de gaz à effet de serre estimées à 40 000 tonnes de CO2 équivalent. Une fois construite, chaque année, la route produira a minima 25 000 tonnes de CO2 équivalent.


Extrait de l'étude de l'association les Shifters, Mars 2022

L'étude réalisée par la Mission Régionale d'Autorité environnementale en septembre 2021, confirme le massacre : la liaison entre deux autoroutes majeures (A9 et A750) entraînera l'augmentation du trafic. Les flux de camions et les pressions de l'urbanisation seront accrus. Tous les effets cumulés du LIEN sont ignorés. Lors de la Consultation Publique de mars 2022, près de 80% des personnes consultées ont conforté l'avis de la Mission Régionale d'Autorité environnementale.

Voir notre rapport spécial consultation publique

Le Département nie en bloc et s'abrite sous la conformité réglementaire et les exceptions à la règle pour mener à bien son projet routier. Il mise sur une croissance de court terme fondée sur le modèle tout-voiture stimulé par les investissements dans le foncier, les BTP et la grande distribution. Les sommes englouties par ce chantier destructeur sont passées sous silence car construire des routes et des bâtiments c'est utile pour décaisser rapidement l'argent public. Les collectivités territoriales s'en nourrissent, même si sur le long terme la dette est insoutenable. Aux 93,5 Millions d'Euros officiellement nécessaires à la réalisation de l'ouvrage, il faut ajouter l'inflation, les dépenses imprévues et la gestion des catastrophes environnementales, sociales et économiques qui sont déjà là : utiliser l’eau sans compter en pleine sécheresse c'est contribuer à la pénurie sans proposer d’alternatives viables aux générations futures. Au-dessus de tous, le Département affirme son pouvoir et s'assied sur la préservation des biens communs. Deux poids, deux mesures, fais ce que je dis et pas ce que fais. La maison brûle, le Titanic coule et le Département maintient encore et toujours le même cap !

La responsabilité des dirigeants territoriaux est engagée : le virage à 180 degrés exigé par la crise climatique doit être enclenché maintenant, ici et ailleurs !

Nous appelons à un moratoire sur les projets routiers destructeurs

Mettre les routes en déroute !

Le lien pour signer notre appel et vous engager à soutenir la proposition de moratoire

Les députés de l’Hérault interpellent Castex sur le LIEN à l’assemblée nationale


LA PRESSE EN PARLE, tant nationale que régionale :

Canard Enchainé, 27/07/2022 : Macron veut du bitume, quoi qu'il en roule

La Marseillaise, 29-04/07/2022 : LIEN : Les opposants interpellent l'Etat


Pour en savoir Plus, consultez : Les ressources du collectif et nos dossiers spéciaux


Rejoignez-nous !

Dès maintenant

Signez la Pétition contre le périphérique de Montpellier (LIEN et COM)

Nos réseaux : facebook.com/sosoulala-34 et https://twitter.com/SOS_Oulala

Contact : sos_oulala@protonmail.com

Site web : https://www.sosoulala.org/accueil

Chaîne Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCI_woYOqMMxlB43j7ZuruFw


222 vues0 commentaire