top of page
Rechercher
  • sosoulala

Mobilisations à Rouen, opération Glaïeul et réflexions, mai 2023

Les 5, 6, 7 et 9 mai nous serons près de Rouen dans l’Eure à Léry avec de nombreux collectifs de la Déroute des Routes. Ce grand temps de rassemblement est organisé par le collectif Non A133 - A134 , les Soulèvements de la Terre et les Naturalistes des terres. Il se veut à la fois familial, festif, naturaliste, instructif et déterminé pour affirmer l'opposition au projet destructeur d’autoroutes à l’Est de Rouen, et à tous ces vieux projets routiers d'un autre temps.

516 hectares de forêts, d’espaces naturels et de terres agricoles artificialisés, des dizaines de paysans et habitants expropriés, 41 kilomètres de route qui entraîneront une augmentation massive du trafic, des émissions de GES et de particules fines, et une menace critique de pollutions sur la moitié de la ressource en eau potable de la Métropole de Rouen. Voici les funestes promesses du serpent de béton de l’A133-A134, projet vieux de plus de 50 ans contre lesquels la lutte s’organise depuis des décennies.

En septembre 2023, le futur concessionnaire pourrait être désigné. Ensuite, très vite, les coupes d’arbres préliminaires et autres travaux pourraient commencer.


Nous, habitant-es, associations, naturalistes de tout bord, paysan-nes, promeneuses et promeneurs, enfants qui construisent des cabanes dans les bois, défenseur-ses du vivant, des terres agricoles, des forêts, toutes les composantes du Collectif Non A133-A134 et nos allié-es partout en France, nous ne les laisserons pas faire ! Nous collectifs engagés dans nos luttes locales et dans la coalition Déroute des routes (49 collectifs) nous demandons un moratoire sur les projets routiers en France.

Les routes ne sont jamais des solutions : elles accélèrent le chaos climatique et nous emprisonnent dans le tout voiture. Lire notre tract spécial Rouen.


Les engagements zéro artificialisation et zéro carbone doivent être tenus. Les alternatives écologiques et de proximité ne sont pas punitives : elles sont tout simplement vitales !


Voir, Ecouter la sélection de vidéos sur notre playlist La Déroute des Routes


Pour ceux qui sont sur Montpellier, rejoignez l'Opération Glaïeul

C’est une jolie fleur qui pourrait faire douter les tribunaux. Une des 136 espèces protégées menacées de destruction par le projet de périph’ du L.I.E.N. Le Glaïeul douteux s’épanouit dans ces coteaux de garrigue que le Département de l’Hérault rêve de noyer sous le bitume. Alors, pour obtenir le droit de bétonner tranquille, le Département s’est engagé à en transplanter tous les pieds. Sauf qu’il en a compté 20 et que nous, quand les tiges ont commencé à sortir de terre au début du printemps, on en a vu bien plus.

Dans la bataille des petites fleurs contre les grands projets, on a choisi notre camp. Alors, en ce mois de mai, période où les glaïeuls douteux allument le paysage de leurs belles fleurs roses, on va aller les compter, un par un, pour prouver à la justice qu’une fois de plus, le département ment. Et on compte sur vous pour nous rejoindre !(écrivez nous).

Des pétales, pas du bitume ! Nous sommes la garrigue qui se défend.


Réflexion à venir : La fabrique de l’inutilité publique



Le 25 mai à 19h à la Carmagnole, Montpellier

Possibilité de suivre le débat en direct ou en différé. Le déroulé et le lien du débat vous seront envoyés dix jours avant si vous êtes sur la liste de diffusion de notre petite lettre d’information ou si vous nous le demandez.


L'exercice est rôdé depuis l’Ancien Régime. Avant d'entamer des grands travaux, le pouvoir "consulte" en organisant des enquêtes publiques. La promesse : une information claire sur les enjeux, des avis citoyens pris en compte. Dans les faits : une procédure calibrée par le pouvoir pour faire avaliser ses plans, quoi qu'il s'en dise. Jamais de débat réel. Jamais de possibilité, pour les citoyens, d 'intervenir sur le cours d'un projet. Pire encore, aujourd'hui, avec les consultations en ligne, le préfet décide seul, toujours guidé par un même objectif : la croissance économique. Les enjeux environnementaux, eux, restent toujours secondaires. Pour mieux éclairer ce mécanisme de maquillage démocratique, Frédéric Graber , historien de l’environnement, auteur du Livre « Inutilité publique, histoire d’une culture politique française » (Editions Amsterdam, 2022), présentera ses travaux et échangera autour des expériences concrètes vécues par des collectifs de lutte : le L.I.E.N et les projets routiers avec le collectif Sos Oulala, Cigéo à Bure et le nucléaire avec Simon Savry-Cattan, de la Ligue des Droits de l'Homme de Montpellier. Ensemble, nous réfléchirons aussi aux perspectives possibles : comment retrouver du sens et imaginer de vraies consultations publiques ? Dans quelles pratiques de luttes ?


Contribuez à nos groupes de travail ou recevez notre lettre d'information. Il suffit d’envoyer un petit mot : Contact: sos_oulala@protonmail.com


39 vues0 commentaire

Comments


bottom of page