Rechercher
  • sosoulala

Contre-Voeux associatifs devant la Métropole de Montpellier, ce samedi 29 janvier 2022

Les associations environnementales, sociales et solidaires en lutte à Montpellier ont émis leurs Contre-Voeux à partir d'un constat communNous savons, depuis là où nous luttons, que le modèle de ville que ces collectivités nous dessinent ne s’adresse pas à nous, qu’il se construit même contre nous.(...)





Montpellier Métropole se construit une image de marque pour exister dans une compétition des villes qui comptent, remplie de gens qui comptent, qu’il faudrait attirer à tout prix. Une compétition qui n’est pas la nôtre. Nous, habitant-es, méritons une métropole qui s’adapte à nos besoins spécifiques, qui nous ressemble ; et non une ville qui nous met au pas ou nous exclut ».

Chaque collectif ou association a exprimé ses vœux en fonction des luttes locales : lutte contre les transports intensifs que ce soit la construction d’un nouveau périph’ au Nord et à l’Ouest de Montpellier (le LIEN et le COM) et l’extension de l’aéroport-Méditerranée-Métropole.

Le Sos Oulala, a réaffirmé qu’il se « bat contre les transports routiers périphériques de Montpellier vecteur du front pionnier de la Métropolisation induisant bétonisation, sectorisation des activités, mais aussi ségrégation des individus, prédation du privé sur les espaces naturels, agricoles, les communs, les corps et les cultures. ( .. ) Dynamiser le territoire, donner accès à quoi, à qui ? Aux camions, aux zones commerciales, aux promoteurs immobiliers, aux chantiers du béton, une vague de béton...Les Vœux du Sos Oulala sont dits :

Stop au béton et aux périphériques : Non au LIEN

Re-localisation des activités et création d’emplois qui ont du sens

Autonomie de décision sur nos vies et notre terre

Circuits courts : « Des légumes, pas du bitume ».


Au nom de Saint-Jean Environnement, le collectif Ceinture verte de Montpellier, et Mosson Coulée verte, l'intervenant a annoncé qu’un recours allait bientôt être déposé contre le COM, le projet démesuré de Contournement ouest de Montpellier, qui va transformer, à certains endroits, une simple route en 2 X 5 voies.



Alternatiba, ANV et de GreenPeace Montpellier se sont focalisés sur l'aéroport de Montpellier : « Le transport aérien est le plus polluant et il cause des dommages irréversibles. ( ..) Nos élus continuent à faire les autruches et à nier l’évidence, celle de l’urgence à prendre des décisions de rupture avec le monde ancien, celui qui nous amené au seuil de cette catastrophe annoncée, non seulement pour les générations futures mais maintenant nous le savons déjà pour les générations présentes. C’est pourquoi (..) j’ai un VOEU à exprimer aujourd’hui : Qu’à Montpellier, les représentants de l’Etat ainsi que les élus actionnaires de l’aéroport, élus de la Région, du Département, de la Métropole

- renoncent à l’extension de l’aéroport Montpellier-Méditerranée qui vise à multiplier les vols climaticides, renoncent à la navette Montpellier-Paris alors que le TGV met le centre de ville de Paris à 3heures 30, que ces élus

- mettent fin aux subventions à l’aéroport et

-initient une réflexion collective avec les associations environnementales et les syndicats des salariés du secteur sur l’avenir de l’aéronautique en rendant toute sa place au FERROVIAIRE.

- Que nos élus prennent conscience des vrais enjeux des crises que nous vivons et agissent enfin en conséquence ».


D’autres collectifs se battent pour que la publicité cesse de gangréner nos espaces publics. D’autres encore pour l’accès à un logement digne, contre la précarité alimentaire et l’exclusion sociale.

Extinction Rébellion a dénoncé la surconsommation et la publicité « On ne veut plus de cette publicité, qui nous impose un modèle de penser. On n’a pas besoin de ces panneaux qui nous disent encore et encore à quoi il faut ressembler, qu’on nous laisse être comme on est, s’il vous plait. On préfère vivre dans une ville moins ambitieuse, mais dans une ville où on se sent accepté.

On fait le vœu qu’on nous débarrasse de ces publicités ».


L'Association pour l'Egalité Solidaire, l'Autogestion (AESAE) a dénoncé les exclusions et les discriminations : « Les revendications que nous portons sont sur l’accès à des logements dignes à Montpellier, la lutte contre la précarité alimentaire, la lutte contre l’exclusion et la discrimination des quartiers dits populaires de Montpellier. Nous nous opposons à cette logique municipale de gentrification des quartiers qui visent à écarter des populations du centre-ville.

Les vœux portent sur :

- l’arrêt des politiques publiques visant à exclure et diviser des populations entre elles que ce soit de par leur origine, leur lieu d’habitation ou leur statut social.

- Nous voulons que notre ville soit un territoire de lien favorisant la solidarité, l’émancipation individuelle et collective.

- Nous portons aussi le vœu qu’à Montpellier aucune personne ne puisse subir la faim et que cette fonction soit aussi assumée par les pouvoirs publics et non pas seulement par les associations et les collectifs citoyens. »


Le Collectif d'actrices et acteurs du social et des oubliés de la société (Caasos) «fait ce constat commun : l’augmentation du nombre de personnes vivant à la rue à Montpellier, et par conséquent le manque criant de places d’hébergement sur la Métropole (...)et l’absence de conditions dignes que ce soit par rapport à la salubrité des locaux, à la temporalité de l’accueil ou aux moyens humains déployés afin de proposer un accompagnement social adapté à chacun. Nous dénonçons les expulsions des squats et des bidonvilles sans solutions de relogement pour tous, le recours systématique à la force publique pour mettre en application ces expulsions ordonnées par la préfecture main dans la main avec la mairie. Non, toutes les personnes expulsées n’ont pas été relogées, non les solutions de relogement ne sont pas toutes adaptées à la situation spécifique des personnes, non les moyens humains en accompagnement social ne sont pas clairement mis à dispositions par la mairie ne sont pas à la hauteur des beaux discours dont elle se galvaude la mairie...

Nos Vœux sont :

- la création de 1000 places d’hébergement dignes, pérennes et adaptés sur Montpellier

-Deuxième vœu pose sur la concertation des salariés du terrain pour l’élaboration des politiques publiques locales.

-Et Mobilisation mercredi 1er février du secteur social en France et aussi localement. »


Ensemble 34 soutient les contre-voeux et a publié un article spécial "Contre-Voeux : Quelle ville voulons-nous ?"

Les associations porteuses des contre-vœux

· Alternatiba-Montellier et Greenpeace Montpellier – Contre l’extension de l’aéroport

· Association pour l'Egalité Solidaire, l'Autogestion et l'Entraide (AESAE) – Stop à la précarité alimentaire et exclusion sociale

· Collectif d'actrices et acteurs du social et des oubliés de la société (CAASOS) - Pour un logement digne pour toutes et tous

· Danger Loi Sécurité Globale – Marre d’être surveillé

· Extinction Rébellion Montpellier – Pour l'arrêt de la publicité

· Sos Oulala – Contre le LIEN et l’extension de la métropolisation


Sur Facebook, Vidéo en direct des contre- vœux

https://fb.watch/aRd7N-xmPL/


Signez et partagez notre pétition parmi vos proches ou vos réseaux :

Regardez nos réseaux sociaux ou proposez des actions :

Consultez notamment nos:



42 vues0 commentaire